Accueil > Priorités > Cartographie des projets en cours > Afrique de l'Ouest > Niger > INSTITUT PASTEUR / CERMES - Amélioration de la protection de la population nigérienne face au risque d'épidémie de méningite (PROPOMEN)

INSTITUT PASTEUR / CERMES - Amélioration de la protection de la population nigérienne face au risque d'épidémie de méningite (PROPOMEN)

Porteur de projet

Centre de Recherche Médicales et Sanitaires, Institut Pasteur

Localisation Région de Tillabéri
Dates 01/03/2018 31/12/2022
Domaine d'intervention Santé
Financement 300 000,00 €
Organisation internationale Institut Pasteur

Contexte

Le Niger, avec une superficie de 1.267.000 km2 et une population de presque 20 millions d’habitants, est un pays continental qui occupe l’avant dernière place de l’indice de développement humain, (187/188ème) en 2017. 45% des nigériens vivent en dessous du seuil de pauvreté et la couverture sanitaire couvre seulement 50% de la population actuellement. La santé constitue le domaine prioritaire de la Coopération monégasque au Niger (signature d’un accord cadre de santé en 2008) notamment la lutte contre les pandémies et les maladies négligées.  

Les épidémies de méningite à méningocoques sévissent depuis plusieurs décennies dans les pays de la « ceinture africaine de la méningite » qui s’étend sur toute la zone sahélienne de l’Afrique dont fait partie le Niger. A ce jour, les facteurs expliquant la survenue de ces épidémies,  au-delà du risque régional lié au climat, ne sont toujours pas connus.

Au Niger, l'incidence des méningites bactériennes depuis 2010, est de 43 pour 100.000 habitants et son taux de mortalité de 11%. Les victimes sont majoritairement de jeunes adultes, adolescents et enfants de moins de cinq ans (représentant 2/3 des cas observés), les nourrissons âgés de 4 à 18 mois étant particulièrement vulnérables.

Le Niger est ainsi confronté chaque année à des épidémies de méningites. En 2015, une épidémie de grande ampleur, la méningite à sérogroupe C, a émergé comptabilisant plus de 8.000 cas et 573 décès dans le pays. Le système de surveillance mis en place apparait comme inadapté, le déclenchement des campagnes de vaccination a été trop tardif et la pénurie mondiale des doses de vaccin n'a pas permis de répondre efficacement au phénomène.

Entre 2010 et 2015, le Gouvernement Princier avait financé des travaux de recherche de l’Institut Pasteur et du CERMES sur « l’Epidémiologie spatio-temporelle de la méningite à méningocoque au Niger : Influence des facteurs climatiques, sanitaires et sociodémographiques sur la dynamique spatio-temporelle des épidémies » qui ont mis en évidence l’efficacité d’un système de surveillance au niveau du sous-district afin de permettre une détection précoce des foyers épidémiques ainsi qu’une riposte rapide et ciblée. Cependant, il est important d’évaluer la faisabilité logistique et programmatique de cette surveillance prospective basée sur les notifications de cas suspects au niveau d’un maillage géographique plus fin. Par ailleurs, le Niger et les autres pays de la ceinture africaine de la méningite hésitent à mettre en œuvre cette stratégie de surveillance épidémique, pourtant déjà recommandée par l’OMS, du fait de la méconnaissance de toutes ses implications opérationnelles.

Depuis sa création en 1979, le CERMES travaille sur les épidémies de méningite en tant qu’un Etablissement Public à caractère Scientifique et Technique. Placé sous la tutelle du Ministère de la Santé Publique (MSP) depuis 2002. En   2008, le CEMRES est devenu membre du réseau International des Instituts Pasteur. Récemment, le CERMES a été désigné l’Institution Nationale de Coordination pour la Surveillance et la Riposte aux Epidémies.

Les informations recueillies dans le cadre de la poursuite de ce projet permettront de convaincre les décideurs nationaux de la région de l’intérêt d’appliquer la recommandation de l’OMS, de proposer des stratégies de prévention et d’alerte mais aussi de mettre en place une riposte rapide sur des traitements alternatifs.

Le projet cible l’ODD 3 « permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge » (cible 3.2, 3.3, 3.9, 3.a, 3.d) aligné sur le volet stratégique de la coopération monégasque dans le domaine de la santé. Le Gouvernement Princier, unique bailleur, contribue à la mise en place d’une réponse à la fois locale et régionale. 

Objectif général

Améliorer la protection de la population nigérienne face au risque d'épidémie de méningite.

Objectifs spécifiques

  • Evaluer la faisabilité d'une surveillance épidémique à l'échelle d'un maillage géographique plus fin, soit les aires de santé du Niger.
  • Evaluer la relation entre la survenue d'un foyer épidémique à méningite et une forte prévalence d'infections respiratoires dans les populations.
  • Identifier les pathogènes responsables des infections respiratoires symptomatiques ou asymptomatiques dans les foyers épidémiques à méningite.
  • Evaluer la faisabilité et l'impact d'une chimioprophylaxie par ciprofloxacine dès les tous premiers cas de méningite.

Bénéficiaires

Bénéficiaires directs :

  • 20.000 personnes résidents dans des foyers épidémiques ;
  • Les populations des régions ciblées (environ 3 millions d’habitants) ;
  • Le personnel sanitaire des régions ciblées (environ 300 personnes) ;
  • Le CERMES (les unités d’épidémiologie et de bactériologie-virologie) ;
  • Les autorités sanitaires du Niger (les cadres du Ministère de la Santé Publique, la Direction de Surveillance et de Riposte aux Epidémies, les cadres de la région sanitaire de Tillabéri.

Bénéficiaires indirects :

  • la population entière du Niger (20 millions) ;
  • la population des pays "de la ceinture de la méningite".

Résultats attendus 

  • Obtenir des informations qui permettent de mettre en évidence la faisabilité de la surveillance épidémique au niveau des aires de santé du Niger et la réduction du délai entre la détection d'une épidémie et le début de la riposte ;
  • Fournir des éléments de preuve scientifique pour confirmer la relation causale entre une forte prévalence d'infections respiratoires dans les populations et la survenue d'un foyer épidémique à méningite ;
  • Identifier un ou plusieurs pathogènes respiratoires candidats pour être facteur favorisant la survenue des épidémies à méningite ;
  • Mettre en évidence la faisabilité d’une stratégie de chimioprophylaxie au Niger et mesurer l’efficacité d'une stratégie de chimioprophylaxier.

 

https://cooperation.gouv.mc/fr/Priorites/Cartographie-des-projets-en-cours/Afrique-de-l-Ouest/Niger/INSTITUT-PASTEUR-CERMES-Amelioration-de-la-protection-de-la-population-nigerienne-face-au-risque-d-epidemie-de-meningite-PROPOMEN

Accessibilité